• rediff
     
    De la tradition ancestrale comme le Chanté Nwel aux traditions culinaires il n'y a qu'un pas.
     
    Autrefois, lors des ces « chanté Nwel», on servait en dehors du traditionnel punch, du sirop d’orgeat aux dames, ainsi que du chocolat à l’eau épaissi au toloman pour se réchauffer du « froid piquant » des nuits de décembre…

    Pratique Antillo-Guyanaise, la Martinique comme la Guadeloupe ont gardé, à l’instar des campagnes françaises, une tradition dont l’origine remonte au Moyen Age, qui regroupe voisins, amis, parents, enfants et qui s’est perpétuée au cours des siècles :

     
    :
    Photo du net
     

    Chants d’amour et d’espoir, célébrant la venue du Christ, ces cantiques sont entonnés en principe à partir du premier dimanche de l’Avent.

     

    Aussi, autrefois, dans les cases les plus humbles, comme dans les plus belles maisons on se réunissait dès le coucher du soleil autour d’une table éclairée par une lampe à pétrole, un « lampion », une bougie ou sous la lumière crue d’une lampe électrique pour chanter en chœur ces cantiques..
     
    Aujourd'hui de nombreux groupes se sont créés pour chanter Nwel et la foule est nombreuse à venir les écouter mais aussi reprendre en choeur ces chants mélodieux. 
     


    site : 

    http://www.bellemartinique.com

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Cet homme a essayé de perpétuer l'art de la vannerie locale :  

    le tressage avec comme supports les feuilles de cachibou, les tiges d'aroman (technique du natté et du cordé) pour fabriquer le bakoua...

     

     Après son décès sa femme malgré les difficultés continue sa passion.

     

    En voici quelques oeuvres : 

     

    vannerie2.JPG

     

     

    DSCN1863.JPG

     

     

    vannerie4.JPG

     

     

    DSCN1866.JPG

     

     

    vanneri5.JPG

     

     

    VANNERIE6.JPG

     

    Merci et bon courage Madame COXON.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Les fêtes de la Toussaint sont célébrées à la Martinique, où les familles se retrouvent auprès de leurs morts dans les cimetières illuminés à la tombée de la nuit. 



     

    cimetière Sainte Anne

     
     

     

    Illumination des cimetières à la Martinique
     

    Dès le matin et en fin d'après-midi où les rayons du soleil s'atténuent dans une lumière douce, les antillaises procèdent au nettoyage des tombes afin de les rendre impeccables. 
     
    Les fleurs viennent orner les caveaux familiaux et les préparatifs vont bon train jusqu'au crépuscule où le cimetière se pare de l'illumination rituelle. 
    Bougies, cierges sont allumés pour honorer les morts chez les chrétiens de Martinique, dans les cimetières.
     

     

    Les boutiques restent ouvertes jusqu'à 20h. Après la visite de la tombe familiale, les anciens se réunissent dans les maisons autour d'un punch et évoquent les souvenirs de cette proximité familiale peu à peu affaiblie par la vie moderne.
     
    Halloween, fête payenne d'origine celtique, celle de l'étrange Noël de Mr Jack, s'est déjà bien répandue dans les moeurs, les soirées à thèmes ne manqueront pas aussi de fleurir, la décoration de l'arum et de l'anthurium cèdera la place à celle de la citrouille pour ces deux jours de congé de la Toussaint, et de la fête des défunts, aussi des enfants. 

     

    www assemblée-martinique.com 
     
     
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    Aujourd'hui c'est la journée internationale du créole

    Environ 10 millions de personnes à travers le monde parlent le créole

     

     

     

     

     

     

     

    Palé (parler)

    Matjé (écrire)

    Kréyol (créole)

    ti bo (bises) 

    si ou lé (si tu le veux)

    mèci an lo (merci beaucoup)

    sé ki sa / sa sa yé ?? (qu'est ce que c'est)

    ti moun an mwen (mes enfants)

    kay mwen (ma maison)

    chimen (chemin)

     

    sitwon (citron)

     

     

    Bel jounin tout moun

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • C'est un plat typique de la côte nord atlantique de

    la Martinique, préparé traditionnellement par les hommes.

     

    photo :www. bellemartinique.com

     

    A l'origine, c'est un court bouillon de morue épaissi à la farine et servi très chaud sur un lit de pain rassis que l'on a préalablement trempé puis étalé sur de grandes feuilles de bananiers et agrémenté de morceaux d'avocats et de bananes, le tout recouvert d'une sauce épicée.

    Aujourd'hui le trempage se fait également avec des fruits de mer, du poisson, du lambi ou du poulet.

    On le mange avec les doigts, debout en biais par rapport à la table, une main derrière le dos.

     

     

    Photo et texte : www.bellemartinique.com

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique